mercredi 1 avril 2009

Biographie de Diam's



Diam’s est née la 25 juillet 1980 à Nicosie en Chypre de mère française et de père chypriote. C’est à l’âge de 4 ans qu’elle arrive en France suite au divorce de ses parents.

Fille unique, Diam’s déménage de banlieue en banlieue avec sa mère. Elle y découvre la musique rap en écoutant Dr Dre et le premier titre des NTM.

Elle poursuit ses études à Saint-Nicolas, un collège privé où elle est en internat.

Sur sa première compil’ en 1990, Diam’s va exprimer ses opinions politique qui comme toute adolescente qui se vaut, seront contraires à celle de sa mère. 


Alors qu’elle est au collège, en classe de 3ème Diam’s monte son premier groupe avec un ami. Diam’s son nom de scène, elle le choisit un peu par hasard. Alors qu’elle feuilletait le dictionnaire, elle tombe sur la définition du mot diamant et apprend qu’un diamant ne peut être brisé que par un autre diamant et qu’il n’est fait que d’élément naturel.

Ce nom va lui porter chance puisque quelques temps après, elle signe son premier contrat d’édition avec BMG. Elle sort ensuite un premier album vendu qu’à 8 000 exemplaires.

Diam's rencontre alors Choukri aux Francofolies qui deviendra son manager jusqu'en 2004 et lui ouvre de nouvelles portes. A ce moment, la vie de Diam’s prend un nouveau tournant.



En 2006, Diam’s atteint les sommets de la gloire grâce à « Dans ma bulle », son troisième album studio. C’est à ce moment que Diam’s réalise qu’elle a fait le bon choix quant à son pseudo qu’elle porte avec fierté puisqu’elle est enfin disque de diamant.

Le 2 novembre 2007, elle reçoit MTV European Music Award de l'artiste française de l'année.

Ceci dit « La boulette » extrait de «  Dans ma bulle » a fait une polémique dans une école, de la Manche, ou deux institutrices ont décidés d’étudier avec leurs élèves les paroles de cette chanson.

Evidemment Diam’s est connue pour dire ce qu’elle a à dire, avec spontanéité, sauf que la, elle milite contre Nicolas Sarkozy et les pédophiles. Evidemment, les parents d’élèves n’apprécient pas qu’on apprenne à leurs enfants à prendre partie.

C’est aussi les églises qui sont touché avec les paroles de « Y », elles font références à plusieurs faits de viols ou de pédophilie.